0
  • Panier vide

    Votre panier est vide… pour l'instant !

0
  • Panier vide

    Votre panier est vide… pour l'instant !

post

Encourager les jumeaux à partager



Ils ont partagé un utérus pendant plusieurs mois, peut-être même une seule poche de liquide amniotique, ou bien deux, mais séparées seulement par une membrane pas plus épaisse qu’un drap. On se dit que les jumeaux sont programmés pour partager et qu’ils le font naturellement mieux que les autres enfants… Mais non. En fait, les jumeaux sont confrontés à des problématiques spécifiques lorsqu’il s’agit de la question du partage. Il ne s’agit pas juste de partage entre frères et sœurs d’âges proches ou de partage de jouets entre enfants du même âge à la crèche, par exemple ; les jumeaux, dès le plus jeune âge, s’observent et s’imitent, et pour cette raison, ils ont souvent envie de la même chose exactement, même lorsque leur gémellité n’est pas de nature fusionnelle. Ils ont souvent les mêmes attentes, les mêmes demandes, et vous ne pouvez pas espérer ni demander à l’un d’être plus mature que l’autre dans cette situation.

Alors que peut-on faire pour encourager des jumeaux à partager ?

Voici quelques idées pour les aider à être plus complices, à partager plus et à grandir en tirant le meilleur parti du fait d’être deux :

  • Faites-les attendre leur tour dès que c’est possible

C’est de toute façon une nécessité quand on a des jumeaux : on ne peut pas toujours répondre à leurs besoins en même temps, donc l’un des deux doit forcément attendre son tour. Ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose ! Profitez de l’occasion chaque fois que c’est possible, même lorsqu’ils sont très petits, pour leur expliquer qu’ils doivent patienter et que leur tour viendra. Mais même lorsque ce n’est pas une nécessité (et même surtout lorsque ce n’est pas une nécessité !), il est possible de faire en sorte à de multiples occasions dans la journée de leur expliquer que c’est chacun son tour. Par exemple, pendant le bain, dites-leur qu’aujourd’hui c’est le tour de l’un en premier, et qu’ensuite ce sera le tour de l’autre. En le faisant même lorsque ce n’est pas une nécessité, vous avez la maîtrise de la situation pour faire varier à votre guise le tour du premier, plutôt que d’installer une routine dans laquelle le premier sera toujours le ou la même à être servi.e à table, ou à choisir le livre à lire. Et bien sûr, favorisez lorsque ça devient possible les jeux où chacun doit attendre son tour pour jouer, jeter un dé ou prendre une carte.

  • Variez les jouets de telle sorte qu’ils en aient à partager autant que des jouets individuels

C’est une question qui revient souvent chez les parents de jumeaux : dois-je n’acheter qu’un seul jouet, le même jouet en double, ou des jouets de même nature mais différents pour chacun ? Ca dépendra bien entendu du jouet. Vous n’allez de toute façon pas tout acheter en double et certains “gros” jouets, en particulier, devront être partagés, alors que d’autres au contraire sont par nature individuels. Vous recevrez par ailleurs beaucoup de jouets que vous n’aurez qu’en un seul exemplaire et qui devront être partagés. Alors quand c’est vous qui achetez les jouets, essayez au maximum de choisir des jouets qui pourront encourager le partage. Les jouets avec plusieurs composants, personnages, et en particulier les jouets qui favorisent les histoires (tels que les Playmobil®) sont intéressants de ce point de vue, car ils permettent à chacun de jouer avec le leur, puis d’apprendre à jouer ensemble. En général, chacun s’attribue “son” personnage ou a son ou ses préférés, mais avec le temps, on les voit interagir et finir par jouer ensemble grâce aux éléments qui permettent de les lier par une histoire : la voiture, la maison, le bateau… Quand ils sont très petits et pas encore en âge de se raconter des histoires, il vaut mieux néanmoins essayer de leur donner un jouet similaire à chacun si le jouet est petit, car ils ne seront pas encore en mesure de savoir le partager. Après tout, s’ils n’avaient pas été jumeaux, vous leur en auriez bien acheté un à chacun, alors ne vous posez pas trop de questions non plus sur le fait de les gâter parce que vous leur en donnez deux !

  • Encouragez-les à partager avec vos mots

Oui, ça paraît basique, mais on a tendance à l’oublier. A un âge où ils ont généralement commencé à faire des bêtises, voire des colères, on est assez enclins à mettre toute sa patience et sa pédagogie au service de ces moments un peu difficiles à gérer parfois, mais on oublie de leur dire ce qu’ils font bien. Et oui, parfois, on est surpris de voir qu’ils peuvent partager des choses assez naturellement, sans notre intervention. L’apprentissage se fait parfois dans la douleur, l’un cédant par exemple aux pleurs de l’autre, mais le résultat est là : si l’autre cède, et prête son jouet, c’est qu’il a quand même bien réussi à partager quelque chose qu’il ne voulait pas lui donner au départ. Alors mettez des mots sur la situation, et encouragez celui qui a fait un effort. Avec le temps, ils prennent le pli, en cherchant d’abord à vous faire plaisir, puis en finissant par partager de plus en plus naturellement.

  • Donnez leur des responsabilités spécifiques

Chaque parent est un jour confronté à cette situation classique de l’enfant qui veut appuyer sur tous les boutons à votre place : celui de la lumière, celui de l’ascenseur, celui de la porte de l’immeuble pour sortir… et gare à vous si vous avez appuyé “à sa place” ! Avec des jumeaux, la situation peut vite dégénérer. C’est là qu’il faut en profiter pour leur donner des responsabilités spécifiques à chacun, mais qui permettent de se confronter à la frustration (moindre) de ne pas tout faire tout seul, et donc, d’une certaine façon, qui permettent aussi d’apprendre à partager. L’un est en charge du bouton de la lumière et l’autre de celui de l’ascenseur. Lorsqu’on rentre dans l’immeuble, l’un fait le code de la porte de l’immeuble et l’autre ouvre la porte de l’appartement avec la clé. En étant tous les deux responsabilisés et en ayant chacun une tâche précise qui lui est assignée, il n’est plus nécessaire de se chamailler pour savoir qui aura le droit de faire quoi.

  • Rappelez-vous que les jumeaux ont leurs préférences individuelles

Malgré tous ces conseils pour les encourager à partager, souvenez-vous aussi que les jumeaux peuvent avoir envie, comme n’importe quel autre enfant, parfois, de ne pas partager ou de jouer seul. Ils partagent déjà tellement de choses au quotidien ! Ils peuvent avoir parfois envie de faire des choses sans l’autre, et c’est bien compréhensible. Ils peuvent en particulier avoir envie de vous avoir, vous la maman, le papa, le parent, pour eux seuls et il n’y a aucun mal à ça. Au contraire ! C’est une bonne chose de leur montrer qu’on ne peut pas – qu’on ne veut pas – toujours tout partager, et c’est une bonne chose de réussir à passer des moments en tête-à-tête avec l’un ou l’autre, en particulier si l’un prend un peu l’ascendant sur l’autre. Ca vous permettra aussi de mieux les connaître individuellement et pas seulement les connaître lorsqu’ils sont ensemble.

En résumé, si vous les incitez assez tôt à attendre leur tour, si vous les encouragez verbalement à partager, si vous vous créez des occasions de parler du partage, vos jumeaux n’apprendront que plus facilement à le faire ; gardez simplement en tête qu’ils partagent déjà beaucoup, et que ce n’est pas un problème de les laisser vouloir aussi leurs propres affaires, leurs propres temps pour eux, ou avec vous.

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée sur le site.

Pin It on Pinterest

Share This