0
  • Panier vide

    Votre panier est vide… pour l'instant !

0
  • Panier vide

    Votre panier est vide… pour l'instant !

post

Se créer des moments de tête à tête avec chacun de ses jumeaux



J’ai été marquée, lors du sondage que j’avais fait auprès des parents de jumeaux, de constater que 78% d’entre eux – d’entre vous – déclaraient avoir ou avoir eu du mal à trouver du temps dédié à chacun de ses jumeaux avant l’âge de 3 ans. Ca m’a paru beaucoup, à moi qui n’ai jamais eu ce sentiment, alors j’ai réfléchi à la façon dont on pouvait adresser ce problème assez courant chez les parents de jumeaux.

Parce que, c’est vrai, ce qui est spécifique aux jumeaux, en particulier avant deux ans, c’est le besoin de se construire une identité propre tout en ayant une identité gémellaire ; c’est de se construire soi-même, alors qu’on se construit en permanence ou presque avec son jumeau ou sa jumelle ; et pour les parents, le challenge est donc d’arriver à individualiser les jumeaux en parallèle de la construction de leur identité gémellaire.

Bien sûr, le besoin d’individualisation ne sera pas le même dans tous les types de gémellité, car on ne peut pas mettre sur le même plan des jumeaux monozygotes et des jumeaux dizygotes de sexe opposé, par exemple ; le besoin d’individualisation ne sera pas différent dans les deux cas, mais il se fera plus naturellement dans un cas que dans l’autre, ça tombe sous le sens.

Il n’est pas question ici de donner ici une méthode exhaustive pour adresser le problème de l’individualisation, d’autant que j’ai des jumeaux garçon et fille, et que je suis donc dans le cas où j’estime que le problème est relativement simple. En revanche, cela n’empêche pas de se poser la question de savoir comment on arrive à se créer des moments de tête-à-tête avec chacun de ses jumeaux, dont ils ont tant besoin pour se créer cette fameuse identité qui leur est propre, et qui concerne tous les jumeaux.

J’ai identifié 5 moments où il est assez simple de se créer des moments avec chacun d’eux et qu’il est facile à mettre en place, quelle que soit sa situation personnelle :

D’abord, et c’est ce qui tombe le plus naturellement sous le sens, faire des activités séparées avec chacun d’eux lorsqu’il y a deux parents présents et disponibles. Eh oui, ce n’est pas un scoop (pour les parents de jumeaux, en tout cas…) mais les jumeaux n’aiment fort heureusement pas les mêmes choses dans la vie ! L’un peut être très vite beaucoup plus attiré par les activités motrices, l’autre plus attiré par la motricité fine, et il devient ainsi assez naturel de leur proposer des temps de jeux séparés avec un seul parent.

Ensuite, et là aussi ça paraît assez évident, il y a le moment de biberon ou de la tétée. On se plaint toujours de devoir allaiter deux fois plus quand on a des jumeaux, mais c’est aussi l’occasion de passer du temps avec chacun d’eux ! On peut bien sûr les synchroniser pour gagner du temps quand on en a besoin, mais faire une tétée ou un biberon les yeux dans les yeux avec chacun, de temps en temps, ça vaut bien une petite perte de temps !

Troisième moment pour profiter de chacun, le bain. Pendant la première année, on ne baigne généralement pas les jumeaux en même temps pour des raisons de sécurité. On les baigne l’un après l’autre, mais plus généralement un jour sur deux, puisque rien ne sert de les laver tous les jours. De fait, on a forcément un moment privilégié avec chacun pendant le bain la première année, un moment qu’ils apprécient d’ailleurs beaucoup en général, et qui permet donc un vrai moment d’échange et d’intimité entre les parents et chaque enfant.

Quatrième moment : les sorties de sieste. Les premiers mois, les jumeaux sont rarement parfaitement calés. Et même après ! Le fait d’aller au lit en même temps ne signifie pas qu’ils en sortent en même temps, loin de là ! N’ayant pas en permanence les mêmes activités (et heureusement !) ni les mêmes besoins physiologiques, il n’est pas rare de les faire sortir de sieste à des moments différents. C’est l’occasion de passer un peu de temps seul(e) avec celui ou celle qui se lève en premier ! Oui, ces moments de “décalage” entre les jumeaux sont souvent une source de fatigue et de frustration, mais ils peuvent aussi devenir un moment de partage avec l’un ou l’autre et de plaisir, alors profitons-en !

Et enfin, le change. Eh oui ! Ça peut paraître tordu, mais s’il y a bien un moment en tête-à-tête assuré avec un bébé puis l’autre, c’est bien celui-là ! En fait, pour être transparente avec vous, je n’ai pas une passion pour le change. C’est pour ça que j’en fais un moment privilégié de communication et de jeu avec mes jumeaux ! Comprenez-moi bien : je n’en fais pas un moment de jeu agité et je ne prends aucun risque d’aucun ordre quand je les change, mais j’ai vite compris que je pouvais tirer parti de ces quelques minutes pour avoir un tête-à-tête agréable avec l’un ou l’autre. Alors oui, ce n’est pas très long, mais ça arrive suffisamment souvent pour avoir beaucoup de tête-à-tête chaque jour !

One Comment

  1. Sophie nouy
    added on 18 Déc, 2018
    Répondre

    Très bon épisode ! Moi j’adore le change des bébés. La partie nettoyage prend 3 minutes mais je profite del’occasion pour croquer les petits pieds, câliner les petites cuisses, souffloter sur les petits ventres… je ne m’en lasse pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée sur le site.

Pin It on Pinterest

Share This