0
  • Panier vide

    Votre panier est vide… pour l'instant !

0
  • Panier vide

    Votre panier est vide… pour l'instant !

post

Les 5 choses que les parents de jumeaux auraient aimé faire autrement



Je remercie avant toute chose tous les répondantes et répondants à la question que j’avais posée : si c’était à refaire, qu’auriez-vous fait différemment avec vos jumeaux ?

Voici les 5 réponses qui sont revenues le plus :

– L’allaitement
Je ne peux pas dire que je sois très surprise, mais là grande majorité des réponses données concernaient l’allaitement. Pourquoi ? Parce qu’allaiter des jumeaux en font rêver beaucoup, mais que ça s’avère souvent beaucoup plus difficile que prévu dans les faits, et beaucoup de parents de jumeaux (dont j’ai fait partie !) s’acharnent alors à essayer de maintenir leur allaitement le plus longtemps possible, conscients pourtant de la fatigue que cela engendre et du stress que cela peut représenter de ne jamais savoir qui a pris combien. Avec des bébés qui ont souvent un petit poids de naissance, qui sont pour beaucoup aussi passés par de la néonatalogie le temps de reprendre du poids, sans parler de la prématurité, la surveillance du poids est souvent plus importante pendant les premiers mois avec des jumeaux qu’avec des singletons. Allaiter, ça a été pour beaucoup des répondantes plus un stress finalement qu’un rêve accompli, même si on est toutes et tous d’accord pour dire que c’est une bonne choses pour les bébés. Je me souviens moi-même de ces visites à la PMI deux fois par semaine pour les pesées et de la peur constante que l’un ou l’autre n’ait pas pris assez de poids, ou pire, en ait perdu un peu !
Sans parler du fait de tirer son lait qui va bien souvent avec l’allaitement maternel. Occupation assez peu gratifiante s’il en est, mais également fatigante dans la mesure où elle prend un certain temps et est pourtant très souvent nécessaire pour que la montée de lait soit suffisante et la production de lait aussi, par la suite.
Pour toutes ces raisons, l’allaitement des jumeaux au sein est finalement la première chose que les parents de jumeaux feraient différemment si c’était à refaire, la plupart avouant qu’ils se seraient contenté de le faire un, deux ou trois mois plutôt que le faire à sept ou huit mois lorsque c’était un allaitement difficile.
Comme le dit l’une des répondantes de l’enquête : « Si c’était à refaire, je ne m’inquièterais pas tant de faire un allaitement au sein à tout prix et je me serais contentée de leur donner le biberon en leur donnant tout l’amour et l’attention dont ils avaient besoin. »

– Les photos de grossesse
Là encore, je ne peux qu’être d’accord avec les réponses données à ce sujet, même si je ne m’attendais pas à ce que tant de monde parle des photos de grossesse et que ce soit la deuxième réponse la plus fréquemment citée !
C’est vrai, quand on attend des jumeaux, on se sent bien souvent très diminuée physiquement, et même assez moche ou trop énorme pour être prise en photo. Mais quels regrets après-coup ! Il y a peu de chances que vous fassiez deux grossesses gémellaires, et quand bien même ! Vos jumeaux eux-mêmes, en grandissant, seront très demandeurs d’histoires à leur sujet… Et quelle belle histoire de leur raconter qu’ils étaient ensemble dans votre ventre, photos à l’appui…
Il y a aussi toutes celles qui ont le regret d’avoir attendu trop tard de faire ces photos de grossesse, pour finalement ne jamais les faire ! On veut toujours attendre un jour de plus pour les faire, un jour de plus, encore un… et puis un jour c’est trop tard. Faites-les tant qu’il est encore temps !
Et les photos de grossesse ne sont pas le seul regret des parents de jumeaux. Les photos d’eux petits, avec leurs parents, sont aussi parmi les plus gros regrets cités. C’est vrai, ça arrive trop souvent : on prend beaucoup de photos d’eux, mais rarement de soi avec eux, et on le regrette plus tard… Trop tard.

– L’aide extérieure
Beaucoup l’ont citée aussi : l’aide extérieure, celle dont ils et elles se sont passé pendant des mois, alors qu’elle aurait été tellement bienvenue ! Peur de demander, fierté de vouloir montrer qu’on y arrive tout.e seul.e, déception de voir que les aides proposées spontanément pendant la grossesse n’ont finalement jamais été vraiment présentes après, les raisons sont toujours un peu les mêmes pour renoncer à demander de l’aide. Et pourtant, ce qui est fou, c’est que la plupart des parents de jumeaux qui ont répondu que c’était un de leur regret avaient bien conscience qu’ils en avaient besoin ! Ce n’est donc même pas vraiment un regret “après-coup”, mais bien un regret qui s’est inscrit dans le temps et a laissé des marques chez ceux qui en parlent.
C’est vrai, les amis, la famille, peuvent ne pas pouvoir ni même vraiment vouloir aider, à cause de leur peur de ne pas savoir s’y prendre avec des jumeaux, ou de ne pas savoir quoi faire, tout simplement ! Mais l’aide extérieure peut aussi être une aide qu’on recrute, ne l’oubliez pas, pour aider à l’entretien de la maison ou des bébés, ou simplement avoir du temps pour soi.

– Le repos en fin de grossesse
Ah, ça aussi ! C’est un gros sujet, et les répondantes ne se sont pour la plupart pas étendues en détail sur ce point, même si elles étaient assez nombreuses à le citer. Et je peux le comprendre ! Celles qui ont regretté de ne pas assez se reposer en fin de grossesse sont aussi souvent celles qui ont accouché prématurément, et ont dû ajouter la souffrance psychologique et la culpabilité de se sentir fautives de cette prématurité pour n’avoir pas assez écouté ce que leur corps leur disait. De mon point de vue, il n’est même pas nécessaire d’attendre que son corps le demande : ne pas se reposer à temps, ne pas se reposer suffisamment en fin de grossesse, c’est à la fois prendre le risque de n’être pas dans les meilleures dispositions et la meilleure forme physique pour affronter les premières semaines et les premiers mois, mais c’est aussi prendre le risque d’accoucher prématurément et de s’infliger une sorte de “double peine”. Alors si on peut éviter, on évite.

– Le lâcher-prise
On y revient toujours, au lâcher-prise ! L’un des regrets des parents de jumeaux est aussi de ne pas avoir su profiter assez des premiers mois avec leurs bébés. On ne le dira jamais assez, ça peut être dur, mais ça passe vite ! Passer ces moments à se prendre la tête sur leur santé, leur alimentation, l’entretien de la maison, et s’oublier, oublier de penser à soi, à son couple, sa vie sociale, sa vie, ça peut être très dur pour le moral et gâcher cette jolie période. Bien sûr, rien ne sera comme avant, mais avec un peu d’équilibre, tout sera bien mieux qu’avant.

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée sur le site.

Pin It on Pinterest

Share This