0
  • Panier vide

    Votre panier est vide… pour l'instant !

0
  • Panier vide

    Votre panier est vide… pour l'instant !

post

Mais de qui on parle, là ?



Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais les inconnus qui abordent les parents de jumeaux pour leur faire part de leurs remarques et questions généralement horripilantes s’affranchissent systématiquement de la politesse la plus élémentaire, comme si les parents de jumeaux n’existaient que pour satisfaire leur curiosité déplacée et qu’il n’y avait donc aucune raison de les déranger en s’excusant de le faire ou même simplement de dire bonjour…

C’est le cas de ce type qui m’a abordé la semaine dernière sur mon lieu de vacances, alors que j’étais en train de donner à manger à mes jumeaux, donc clairement, que je n’avais rien de mieux à faire selon lui que de répondre à ses questions, et il me sort cette phrase qui m’a toujours hérissé le poil : “Ca doit être fatiguant, hein ?”

J’ai déjà été tentée de répondre que ce qui était fatiguant, c’était surtout ce genre de remarques, mais je ne l’ai jamais fait. En revanche, ce jour-là, j’ai été particulièrement inspirée. J’ai dit : “Pardon ?” Rien à voir avec l’inspiration, mais par principe, je fais systématiquement répéter mon interlocuteur quand on me dit un truc pareil, parce que ça fait partie de mon stratagème de déstabilisation dont je vais vous parler tout de suite et aussi, un peu, c’est vrai, dans l’espoir secret et complètement fou qu’un jour mon interlocuteur se rende compte que la politesse existe ou que sa remarque est idiote, ce qui n’est bien sûr jamais arrivé.

Donc je lui demande pardon, et ce type repose bien entendu sa question comme la première fois : “Je disais : ça doit être fatiguant, hein ?” Et cette fois je lui réponds, prise d’une inspiration subite, avec mon air le plus ahuri possible : “Vous ne parlez pas de mes enfants, là, quand même ?”

Ah oui, je vous avais prévenus, c’est déstabilisant, et à double titre. D’abord parce que répondre à une question par une question, c’est toujours déstabilisant, surtout quand la personne qui a posé la question en premier s’attend à ce que vous abondiez dans son sens… Eh bah non, raté. Mais surtout, en posant la question de cette façon-là, je l’oblige à prendre conscience qu’il est effectivement en train d’appliquer son jugement à l’emporte-pièce à mes enfants, oui, ces deux petits êtres humains qui sont là, qui nous écoutent parce que, je l’ai déjà dit ici mais je le rappelle, ce ne sont pas des bouts de bois ! Et ça, ça change tout. Ca oblige les gens à changer de perspective, à revoir leur jugement en se mettant à votre place et donc à considérer la situation sous un autre angle : le vôtre.

Alors surtout, il ne faut jamais le dire avec agressivité ! Ca braquerait votre interlocuteur et ce n’est pas le but. Au contraire, il faut poser cette question avec la plus grande douceur et la plus grande candeur possible, parce que ça met encore plus mal à l’aise votre interlocuteur qui est alors généralement obligé de battre en retraite en bafouillant de quelconques excuses. Essayez, vous verrez !

De manière plus générale, si vous êtes comme moi et que vous n’avez pas envie de laisser dire ce genre de choses devant vos enfants, je vous conseille ce que j’appelle la stratégie de la blonde (pardon les blondes !) :
– d’abord, faire répéter la question, ça ne mange pas de pain, ça vous fait gagner du temps, et ça déstabilise légèrement ;
– ensuite, ne jamais répondre à la question, sinon c’est vous qui allez vous perdre en justifications (“oui c’est dur mais c’est bien quand même, vous savez…”) ;
– à la place, répondez légèrement voire complètement à côté de la question, car si vous le faites avec votre air le plus naïf, les gens croiront juste que vous avez mal compris mais, au moins, ils seront déstabilisés par votre réponse et seront obligés de se poser des questions et de remettre en question leur jugement.
– “Oh, ma pauvre, c’est dur, les jumeaux !”
– “Oui, j’ai eu beaucoup de chance d’avoir des jumeaux !”
Les gens à qui vous répondrez de cette façon se poseront sans doute la question de savoir si vous avez juste mal entendu ou si vous vous foutez complètement de leur gueule, mais au moins, votre objectif sera atteint : ils ne vous ennuieront plus et se reprendront même peut-être pour aller dans votre sens.
– “Oh oui, bien sûr, qu’est-ce que c’est mignon !”

Et ça, ça n’a pas de prix !

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée sur le site.

Pin It on Pinterest

Share This